In: Dix-huitième Siècle, n°21, 1989. Contre les ratiocinations de la Lettre LXIX se posant la question des attributs de Dieu, à laquelle Usbek met un terme en affirmant l’inanité de telles discussions, la Lettre XCVII fait l’apologie d’une religion découlant de préceptes simples. A compter de cette date, les terribles conflits qui avaient assombri la France au XVIème siècle sont de nouveau à l’ordre du jour. Dans lesLettres persanes, Montesquieu rend compte de cette intolérance exercée à l’égard de ceux que l’Etat avait coutume d’appeler les « ennemis du royaume », en dénonçant à la fois les motifs et les conséquences désastreuses de cette pratique sur la France toute entière. CRITIQUE DE LA HIERARCHIE B. Suivis Des réflexions sur les divers génies du peuple Romain. Dans la Lettre LX, ce sont les Juifs qui sont visés pour leur fanatisme et leur intolérance34. Elle est signée par Roxane, favorite du sultan Usbek. » Lettre 80 : Lettre sur la justice et les systèmes politiques. Read Listen. Le pouvoir religieux, et plus généralement le pouvoir papal, sont donc fortement critiqués dans cette œuvre. Montesquieu condamne à la fois l’intolérance et son corrélat, le prosélytisme. Hachette in French / français bbbb. Le point de vue d’Usbek n’est donc pas encore celui de Montesquieu : Usbek a certes un point de vue écla iré et ouvert, mais il reste empêtré dans de nombreuses contradictions : c’est ce qui fait l’épaisseur du personnage et la richesse desLettres persanes: en fin de compte, il est toujours fait appel au lecteur pour décrypter la pensée de Montesquieu. La seule religion qui vaille est celle qui permet de suivre une morale qui propage le bien pour soi et pour les autres. L'oeuvre raconte le voyage à Paris de deux Persans, Usbek et Rica. Les effets de cette loi sont d’autant plus pervers que n’ayant pas d’enfants, les membres du clergé doivent être entretenus par la Nation, puisque personne ne peut subvenir à leurs besoins. Texte utilisé publié par les Editions 00h00, Paris 1998. Ils furent condamnés par le roi, qui, en 1709, fit détruire leur monastère le plus important, l’abbaye de Port-Royal des Champs, près de Paris et par le pape, en 1712, dans la bulleUnigenitus. Cette lettre annonce la Lettre XLVI, dans laquelle l’idée d’une religion pure, débarrassée de tous les dogmatismes, comme celle des Troglodytes dont Usbek nous dit, dans les Lettres XI à XIV, qu’elle n’est apparue que pour consolider les règles de la société, donner un cadre à l’observation des lois. On se fonde donc sur des aspects extérieurs, qui ne garantissent donc pas la ferveur de la foi ! On peut relire cette Lettre LXXXV en attribuant aux Catholiques ce qui se rapporte aux Mahométans. La lettre 161 est la dernière lettre des Lettres persanes, roman épistolaire écrit par Montesquieu au XVIIIème siècle. A ce sujet, Jean Goldzink écrit : « Usbek combine, en matière de religion, orthodoxie et interrogation. Les lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu publié en 1721. La prohibition du divorce s’oppose donc aux intérêts de la société : en interdisant le divorce et, par là, le remariage, on limite les naissances, et donc le renouveau des forces d’un royaume. Dans ce combat de la raison contre la foi, on peut alors se demander s’il reste une place pour la religion. Kristin Skeimo Berge & Sara Helena Bråthen . Rappelons que Montesquieu est issu d’une famille catholique et fut marié à … La seule possibilité pour échapper aux problèmes de l’arbitraire des religions, c’est d’adopter une religion dégagée des dogmes, des rituels, des cérémonies spécifiques, pour embrasser une religion universelle. Lorsqu’Usbek ou Rica s’en prennent à des points particuliers du dogme, c’est pour montrer le ridicule du dogmatisme, et pour montrer les forces qu’il peut inhiber. Le vœu de chasteté prononcé par les ecclésiastiques catholiques contribue lui aussi à la dépopulation : l’abstinence, qui est regardée par les Chrétiens comme une vertu, est moquée par Usbek : « (…) je ne les comprends pas, ne sachant ce que c’est qu’une vertu dont il ne résulte rien »40. La religion est donc seconde, l’amour est la force qui la fait naître. Rica et Usbek complètent ainsi le tableau de la société française de l’époque, qu’ils esquissent tout au long des lettres : il s’agit ici de décrire l’état d’une religion, afin d’en dénoncer ses abus, ses faiblesses. A cela s’ajoute l’idée qu’en habituant les fidèles à obéir aux principes religieux», la monarchie ne pourra que en bénéficier, Uniquement disponible sur LaDissertation.com, Fiche Bac Français: Montesquieu Lettres Persanes Lettre 30: Comment peut-on être Persan ? Mais plus graves sont les conséquences quand elles frappent une communauté toute entière. En tant que philosophe éclairé, Mon-tesquieu cherche à défendre des idéaux politiques, religieux, sociaux et moraux qu’il regrette de ne pas retrouver dans la … Dans la Lettre 142 des Lettres persanes (« Fragment d’un ancien mythologiste »), Montesquieu ironise sur le fondement de l’activité actionnariale à savoir la confiance par imagination. Et le programme porte sur "la littérature d'idées du XVIè au XVIIè". Malgré cette réserve, il n’hésita pas à exprimer ses idées. Tous d’abord dans la même lettre Il fait une métaphore entre le prosélytisme et une " maladie épidémique " et Montesquieu associe prosélytisme et intolérance. LA VILLE DES LUMIÈRES COMME SOURCE DE LA RÉFLEXION POLITIQUE DANS LES LETTRES PERSANES. La Bible, de son côté, promet pourtant l’Eternité à ces mêmes Chrétiens. Un homme qui a montré qu’il pratique sa religion, par l’utilisation d’un chapelet ou en accomplissant un pèlerinage, n’a rien à craindre. Par Ilyas Baktache  •  3 Avril 2016  •  Dissertation  •  1 434 Mots (6 Pages)  •  5 778 Vues, Exposé : la religion dans les lettres persanes. EP - 111. Montesquieu défend donc, avec Usbek, une conceptionutilitaristede la religion : la tolérance n’est pas ici plaidée par idéalisme moral, mais parce qu’elle est un atout pour la société qui en fait preuve. Car, lorsqu’une telle instance est en place, elle n’est fondée sur aucun principe rationnel, mais est arbitraire. Usbek, qui développe ici une véritable sociologie des religions, discipline qui en était alors à ses débuts, ne loue pas l’ordre protestant contre l’ordre catholique pour les contenus de son dogme : il s’agit pour lui de critiquer tout ordre pouvant mettre l’Etat en danger, ce qui montre que la religion est considérée d’abord à l’aune du service qu’elle peut rendre à l’Etat. Le divorce étoit permis dans la religion païenne, et il fut défendu aux chrétiens. Rica montre qu’il n’est pas dupe de sa démarche en employant le terme de « colonies » pour la requête du religieux. Article sur la religion : pp. Article sur la religion (dans lesLettres Persanes) : pp.156-159. Il insiste en revanche sur l’intérêt de religions multiples: il se crée entre une concurrence à qui sera le meilleur entre les fidèles. - Jede Arbeit findet Leser. La croyance en Dieu doit découler d’actes de moralité. 7Montesquieu n’a pas insisté sur ce point ici, mais en général, ces indulgences étaient octroyées aux fidèles moyennant finance : la critique de la corruption de l’Eglise fera également l’objet d’une critique acerbe. La religion dans Les Lettres persanes Le XVIIIe siècle, siècle des Lumières, a apporté des transformations dans divers domaines, particulièrement dans la religion, dont l'autorité se voit critiquée. Chaque hérésie a son nom, qui est, pour ceux qui y sont engagés, comme le mot de ralliement »29. Une lecture comparative. La religion se voit donc reléguée au second rang, ce qui constitue une nouvelle attaque à l’égard de l’Eglise. JO - Eighteenth-Century Fiction. Ainsi, la seule chose qui compte, c’est d’être digne de sa religion, ce qui suppose non pas de faire du zèle pour l’imposer aux autres, mais de respecter les préceptes qui s’y trouvent. Vår 2016 Montesquieu fait également l’apologie de la tolérance. Chah Soliman voulut obliger les Arméniens à quitter le royaume ou à se convertir au mahométisme, ce qui, selon Usbek, aurait ruiné l’artisanat et le commerce des Perses, qui était dans les mains des Arméniens, si la Providence n’avait pas évité ce désastre. En même temps, cette stratégie permet de commencer à introduire l’idée d’une religion unique : Usbek manifeste une véritable foi en un avenir où la religion serait le reflet d’une communauté fraternelle : « Il viendra un jour où l’Eternel ne verra sur la terre que de vrai Croyants (…) ; tous les hommes seront étonnés de se voir sous le même étendard »44. Il conclut : « Je vois partout le mahométisme, quoique je n’y trouve point Mahomet »42. Enfin il souligne que l'unité politique ne suppose nullement l'unité de foi contrairement à ce que pensait Louis XIV. Le religieux de la Lettre LXI reconnaît : « Nous troublons l’Etat, nous nous tourmentons nous-mêmes pour faire recevoir des points de religion qui ne sont point fondamentaux »27. Son apologie de la tolérance sera ainsi fondée sur ce même principe utilitariste, qui donnera toute sa force à l’aspect moral de la tolérance. (…) There was the hypocrisy of the unorthodox person, anxious to avoid persecution ; it consisted in falsely naïve expressions of orthodoxy and respect for religion ». Le dogmatisme s’avère dangereux lorsque les lois religieuses contredisent le bien-être de la société. Ainsi la tolérance religieuse favoriserait le maintien des valeurs morales, et même permettrait de corriger les « abus » de la religion dominante.Enfin Montesquieu aborde le domaine politique, Il explique que « quand toutes les sectes du monde viendraient s’y rassembler cela ne lui porterait aucun préjudice ». Pour lui, raison et foi ne sont pas incompatibles, pour autant que la raison soit le fondement de la religion : la raison seule permet à l’esprit humain de ne pas s’éloigner de la vérité, mais chez Montesquieu, elle ne menace pas les traditions et les institutions religieuses du passé, comme chez Diderot, car on peut être à la fois croyant et rationnel. Critique de la politique et de la religion dans les Lettres persanes et les Lettres philosophiques. Malgré l’approche imminente de… L’amour qu’on a pour. Download PDF: Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s): http://www.persee.fr/docAsPDF/... (external link) The article analyzes "Lettres persanes," by Montesquieu. MOSCHETTO, BRUNO-FRANÇOIS. La dimension orientale des Lettres persanes s'inscrit dans une mode pour l'exotisme, avec en 1717, la publication des Mille et Une Nuits par Antoine Galland. (1721), Corpus Lettre Persane, Aventures De Télémaque, Candide, Lecture analytique : Les Lettres persanes, Lettre CLXI, Montesquieu, Montesquieu : Lettres Persanes, Lettre LXXXIII, Commentaire Littéraire : MONTESQUIEU, Lettres Persanes, « Lettre 101 » 1721, Commentaire Littéraire MONTESQUIEU Lettres Persanes « Lettre 101 » 1721. Les Lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, Usbek et Rica, et leurs amis respectifs restés en Perse. Tous d’abord dans la même lettre Il fait une métaphore entre le prosélytisme et une " maladie épidémique " et Montesquieu associe prosélytisme et intolérance. Usbek évolue au fil des lettres mais reste attaché à son sérail par le lien épistolaire et ne … Les Jansénistes pensent que l’homme ne peut mériter le salut de son âme par ses actes : la grâce divine n’est accordée qu’à quelques élus. Avec ce conte, ce n’est pas seulement le prosélytisme des Européens qui est visé, mais celui de toutes les religions. Montesquieu lance des attaques véritablement enragées contre l’intolérance : « ce n’est point la multiplicité des religions qui a produit ces guerres, c’est l’esprit d’intolérance (…), comme une éclipse entière de la raison humaine  (L .LXXXV, p.226). ER - Romanowski S. La quête du savoir dans les Lettres Persanes. La critique de la religion fait partie, naturellement, de ces sujets audacieux. 16Lettre de la fille d’opéra à Rica, rapportée dans la Lettre XXVIII. Type pédagogique : Exploitation de l’œuvre intégrale. Lettres Persanes, Montesquieu - Roman épistolaire, parcours : Le regard éloigné, Résumé - Duration: 10:03. 30Ce n’est qu’en 1787 qu’un édit de Tolérance sera proclamé par Louis XVI afin que les Protestants soient rétablis dans tous leurs droits : état civil, liberté de culte, droit d’exercer la profession de leur choix et de se marier. Montesquieu se explique le propre même d’une religion est de distinguer le domaine temporel, ce qui relève du terrestre, donc du politique, du domaine spirituel, qui relève du céleste : la monarchie n’a donc rien à redouter de la tolérance religieuse. Aujourd’hui, une telle conception ne nous paraît peut-être pas si audacieuse : Waddico remarque qu’aujourd’hui, l’on comprend souvent sous le vocable de christianisme la foi en la fraternité des hommes, en un dieu père créateur, au Christ comme exemple, plutôt que comme sauveur. Dans la Lettre XLIX, Rica rapporte un entretien qu’il a eu avec un Capucin qui sollicitait l’obtention d’une « petite habitation »31en Perse pour son ordre. Montesquieu s’attaque donc à toutes les formes d’intolérance. Jean Goldzink, La Politique dans les “Lettres persanes”, ouvrage hors-collection des Cahiers de Fontenay, Presses de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, 1988. 9Ibid., § 3. Les "Lettres persanes" est un roman épistolaire de Montesquieu rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, Usbek et Rica, et leurs amis respectifs restés en Perse. La critique du christianisme occupe une place très importante dans ce livre. SOMMAIRE INTRODUCTION I. SATIRE SOCIALE DE L’INSTITUTION RELIGIEUSE, DES RELIGIEUX ET DES FIDELES A. 23Ibid., Lettre LVII, § 4 : « A la réserve de quelques libertins, tous les Chrétiens veulent gagner le Paradis ; mais il n’y a guère personne qui ne le veuille gagner à meilleur prix qu’il est possible ». Les lettres qu'échangent les Persans plongent le lecteur dans la réalité orientale. Montesquieu lance des attaques véritablement enragées contre l’intolérance : « ce n’est point la multiplicité des religions qui a produit ces guerres, c’est l’esprit d’intolérance (…), comme une éclipse entière de la raison humaine  (L .LXXXV, p.226, ). de Montesquieu - Lettres Persanes, PUF Etudes Littéraires, Paris 1989. Cependant, c’est bien la thèse défendue ici : le déisme est une religion universelle, qui reconnaît certes un Dieu personnel, mais qui ne dicte aucun dogme, aucune liturgie. Les lettres envoyées au sérail ne sont pas innocentes : elles remettent en question le despotisme d’Usbek, le poids de la religion et la place de la femme dans l’Islam. Rica le souligne : « Les livres sacrés de toutes les nations [sont] remplies de ces terreurs paniques ou surnaturelles »21. « Today, those who claim to be religious are in the whole sincere, because there are relatively few material advantages to be gained from belief ; in the seventeenth and eighteenth centuries, the case was different, and hypocrisy was more widespread. La religion semble néanmoins déconsidérée, dans la mesure où elle ne constitue plus qu’un support à l’accomplissement d’une société juste. Ceci doit bien naturellement être relativisé : la Lettre LXXXV montre que si progrès il y a, il n’est point encore généralisé dans tous les pays, la France et l’Espagne semblant s’obstiner à alimenter une guerre déjà dépassée ailleurs - en l’occurrence, ce contraste constitue une attaque plus virulente encore à l’égard de ces deux pays. Montesquieu et ses Lettres persanes constituent un exemple parfait de ce combat entre l’homme de lettres et la censure politique et religieuse. La question du gouvernement dans les Lettres persanes. Cette remarque ne peut excuser tous les opportunismes, mais elle peut expliquer certaines pratiques. XLI (41) 1 er eunuque noir à Usbek Mort d’Ismaël, l’un des eunuques noirs. Il est expliqué que les prêtres sont des personnes inutiles aux fidèles. Montesquieu cherche seulement à se protéger de la censure dont il aurait pu être la proie, et ne nie pas la réflexion critique qui se dégage des nombreuses lettres. C’est le pouvoir de la religion sur les esprits à cette époque qui est grandement critiqué par Montesquieu. Montesquieu sous-entend le fait que, s’il n’y a qu’une religion unique, rien ne viendra stimuler ce « zèle », et cette religion peut alors se corrompre. Nous commençons par Yazd, cette ville milénnaire, mais nous allons aussi parler d'autres destinations dont vous n'avez pas l'habitude de voir dans les … Dans la Lettre LX, Usbek loue les progrès de la tolérance en Europe, par rapport à l’esprit d’intolérance qui règne encore chez les Musulmans avec la querelle entre les Chiites, partisans d’Ali, et les Sunnites, représentants de l’orthodoxie musulmane, et entre la religion musulmane et les autres religions, notamment la religion juive. Lettre 75 : Réflexions sur la religion (chrétienne et musulmane) : « Vérité dans un temps, erreur dans un autre. 21Ibid., § 11. Il a voulu rendre eunuque un esclave noir pour le remplacer, mais il s’est enfui. Enfin il souligne que l'unité politique ne suppose nullement l'unité de foi contrairement à ce que pensait Louis XIV. “L'esprit humain est la contradiction même : dans une débauche licencieuse, on se révolte avec fureur contre les préceptes, et la Loi, faite pour nous rendre plus justes, ne sert souvent qu'à nous rendre plus coupables.” ― Montesquieu, Lettres persanes Jean Marie Goulemot, “Vision du devenir historique et formes de la révolution dans les Lettres persanes… Comme l’intolérance, le dogmatisme des religions est aussi dangereux, car il peut détruire la cohésion sociale. Le Chah Soliman, qui régna de 1666 à 1694, représente Louis XIV, et les « ministres » qui l’ influencent sont Louvois et Noailles, tandis que Chah Abas, qui, selon Usbek, « aurait mieux aimé se faire couper les deux bras que de signer un ordre pareil »35, symbolise le bon roi Henri IV, qui avait permis, avec la proclamation de l’édit de Nantes, en 1598, de donner aux Protestants la liberté de culte. Le roi approuva cette condamnation. Le ton employé par Rica dans la Lettre XXIV pour rapporter cet événement montre à quel point le roi se soumet aveuglément à la pression exercée par les puissances religieuses : « Il y a deux ans, [le Pape] envoya [au roi] un grand écrit, qu’il appelaConstitution, et voulut obliger, sous de grandes peines, ce prince et ses sujets de croire tout ce qui y était contenu. Dans ce mois d'août, Lettres Persanes a décidé de vous présenter quelques destinations touristiques à ne pas manquer lors de votre voyage en Iran. AU - Romanowski, Sylvie. L’amour est la base de cette religion : « Dans quelque religion qu’on vive, l’observation des lois, l’amour pour les hommes, la pitié envers les parents, sont toujours les premiers actes de religion »45. Il dit : "il y a un autre magicien, plus fort que lui [le roi], qui n’est pas moins maître de son esprit qu’il l’est lui-même de celui des autres" Lettre 24. Les Lettres persanes fournissent aussi des arguments en faveur de la tolérance dans une évocation à peine voilée de l’interdiction faite en 1685 aux huguenots français de pratiquer leur religion (édit de Fontainebleau révoquant l’édit de Nantes), à la suite de laquelle beaucoup s’exilèrent. C'est en Hollande que les Lettres persanes paraissent pour la première fois en 1721. Jean Goldzink, La Politique dans les “Lettres persanes”, ouvrage hors-collection des Cahiers de Fontenay, Presses de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, 1988. - La multitude des religions permet, par ailleurs, une prospéritééconomique, car chacune s’efforce, toujours par rivalité, de faire mieux que les autres. L’important est de faire son devoir de croyant, et par- là, de citoyen. Ce n'est donc pas leur désir du paradis qui accroit leur piété et leur prière ainsi que leur bon comportement, mais c'est seulement leur peur de l'enfer qui les pousse à rester dans le droit chemin. A défaut d’arguments, Méhémet-Hali se contente de se moquer de la condition laïque d’Usbek41. Les lettres qu'échangent les Persans plongent le lecteur dans la réalité orientale. Première œuvre littéraire de Montesquieu, publiée anonymement à Amsterdam pour éviter la censure, les Lettres persanes sont un roman épistolaire composé de 161 lettres écrites par des Persans. La critique est d’autant plus acerbe que nos deux Perses, on s’en souvient, sont venus en France pour découvrir de nouvelles mœurs, non pour convertir les Français au mahométisme, tandis que ce Capucin ne s’intéresse à la terre étrangère que dans l’espoir de la voir prochainement conquise au catholicisme ! Télécharger en PDF . ». Lettres persanes (Edition Intégrale ''Lettres 1 à 161'' - Version Entièrement Illustrée) - Montesquieu Descriptif : Les Lettres persanes est un roman épistolaire de Montesquieu rassemblant la correspondance fictive échangée entre deux voyageurs persans, … Les Lettres persanes. Les doutes d’Usbek sur le sens des lois religieuses expriment un scepticisme qui conduira à l’idée que c’est un autre type de religion que celle vénérée jusqu’alors qu’il faudra concevoir pour qu’elle puisse être véritablement au service de l’Etat, et non le gêner. M3 - Article. PY - 1991. On notera ici la finesse de l’analyse du Persan : la critique ne s’adresse pas aux Protestants, qui ont su adapter leur dogme aux intérêts de leur communauté : celle-ci est plus riche, plus puissante, plus équilibrée que celle des Catholiques. L’artisanat, le commerce, les finances, considéré comme les emplois de la société les plus pénibles, mais également  ceux qui contribuent le plus à l’enrichissement général du pays.Ensuite dans le domaine moral. Usbek est sans doute déçu de la réponse du religieux, car pour aborder la question du relativisme des religions, il s’adresse dans la Lettre XXXV à un autre homme d’église. Il montre le cote autoritaire de la mode. Lettres persanes - Ebook written by Charles de Secondat baron de Montesquieu. Le Dieu de Jésus-Christ est supplanté par celui des philosophes. Les citoyens non privilégiés n’ont que « leur travail » pour acquérir « opulence » et « richesses ». Cela est illustré par une comparaison implicite entre protestants (« ceux qui vivent dans des religions tolérées ») et catholiques. Lâ absolutisme dâ un roi devenu dévot sous lâ influence des Jésuites, et plus particulièrement de son confesseur le père Lachaise, conduit à une politique dâ intolérancelégale. Peter V. Conroy, Jr. affirme dansMontesquieu revisited, Twayne Publishers, New York 1992 : « French philosophes (…) regarded [Catholicism] as antirational and a source of superstition that exploited human credulity » (p. 20). Aussi, l'auteur évoque l'incompétence des prêtres et des subordonnés du pape, qui sont ses fidèles serviteurs. Elle décide de mourir, à son tour, en s’empoisonnant. De ce fait, le roman abonde en notations pittoresques, comme par exemple, les dates, référées au calendrier musulman, ou encore la lutte des eunuques pour le pouvoir. Exposé : la religion dans les lettres persanes Introduction (217) Dans les Lettres persanes (1721), Montesquieu met en scène deux Persans venus découvrir la France ; ils échangent avec leurs amis restés en Perse des lettres dans lesquelles ils font part de leurs impressions et de leurs critiques sur les mœurs, la politique, la philosophie occidentale. . This novel involves a voyage to Europe by two wealthy Persians. Pour l’Église chrétienne, le déisme s’apparentait à l’époque de Montesquieu à une forme d’athéisme, dans la mesure où depuis le péché originel, le dogme insiste sur l’idée que seule l’intercession du Christ permet d’être sauvé. La religion dans les Lettres persanes. (…) On s’est aperçu que le zèle pour les progrès de la religion est différent de l’attachement qu’on doit avoir pour elle ; et que, pour l’aimer et l’observer, il n’est pas nécessaire de haïr et de persécuter ceux qui ne l’observent pas »36. Rica explique : « Ceux qui mettent au jour quelque proposition nouvelle sont d’abord appeléshérétiques. Les Lettres persanes fournissent aussi des arguments en faveur de la tolérance dans une évocation à peine voilée de l’interdiction faite en 1685 aux huguenots français de pratiquer leur religion (édit de Fontainebleau révoquant l’édit de Nantes), à la suite de laquelle beaucoup s’exilèrent. N ous avons, jusques ici parlé des pays mahométans, et cherché la raison pourquoi ils sont moins peuplés que ceux qui étoient soumis à la domination des Romains : examinons à présent ce qui a produit cet effet chez les chrétiens.. On trouve divers thèmes dans les Lettres persanes. A ce sujet, Waddico remarque : « Montesquieu nowhere suggests that religion should be abolished (…). Voir plus. Le « regard étranger », dont Montesquieu donne ici un des premiers exemples éloquents, contribue ainsi à alimenter le relativisme culturel, qu’on devait voir ensuite illustré chez d’autres auteurs du XVIII siècle. S’il y a des limites, c’est pour permettre au lecteur chrétien de ne pas être d’emblée choqué tout en lui présentant sa propre religion sous un autre aspect, l’invitant par la même à la tolérance. Cependant, les questions purement dogmatiques n’intéressent pas fondamentalement Montesquieu. Christopher Betts,Montesquieu- Lettres Persanes, Grant & Cutler Ltd, London 1994.En allemand : Klaus Jürgen Bremer,Montesquieus Lettres Persanes und Cadalsos Cardas marruecas : Eine Gegenüberstellung von zwei pseudo-orientalischen Briefsatiren, Carl Winter Universitätsverlag, Heidelberg, 1971.

Coût De La Vie En Martinique 2019, La Corogne Carte, Déterminer En Anglais, Pipi Combinaison Ski, Père Et Fils Chanson,